Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre week-end en Van - La Camargue 2/2

30 Septembre 2013, 16:30pm

Publié par Soussou

Les villages de Camargue

A notre réveil, nous faisons un dernier petit tour au milieu des animaux puis décidons de repartir direction Saint-Gilles, ville chère à l’Amoureux.

Nous profitons du soleil en prenant un petit-déjeuner en terrasse puis partons faire un tour au marché. On se refrène devant le stand de saucissons et repartons direction Vauvert où doit se dérouler un bandido c’est à dire un lâcher de taureaux dans les rues du village depuis les arènes. Ce que nous n’avions pas calculé c’est que les petites rues de Saint-Gilles n’étant pas forcément étudiées pour laisser passer un Van comme le nôtre… Je félicite donc l’Amoureux qui a réussi à nous sortir de cette mauvais (im)passe sans dégâts !

L’avantage de faire de la route en Van c’est que les gens sont sympas avec vous. Enfin surtout ceux qui sont en sens inverse ! Les autres ralent un peu qu’un escargot vert pomme squatte LEUR route à 60km/h. Mais l’Amoureux et moi on s’en fout ! On est Peace dans notre Van !

Arrivés à Vauvert nous faisons un petit tour dans le village avant de descendre aux arènes voir les chevaux. Nous partons ensuite nous installer sur le trajet du bandido, protégé par des grandes barrières et profitons de la fanfare.

La fanfare en attendant les taureaux

La fanfare en attendant les taureaux

Et là nous attendons, nous attendons. Nous prenons notre mal en patience parce que nous savons que ça vaut le coup ce genre d’événements. Les chevaux sont majestueux, les taureaux magnifiques et, ça ne gâche rien, nous savons qu’à la fin, ils rejoignent tranquillement leur pâturage.

Soudain retentit LE gong. Celui qui annonce le lâcher ! Et là, surprise, les taureaux ne viennent pas de l’arène mais du haut du village… Ils passent vite, très vite. Les cheveux et leurs gardians ont du mal à les contenir. On entendra d’ailleurs quelque chose (une corne, un étrier ??) cogner contre les barrières. Et de nouveau le gong… Tout le monde se regarde. Déjà fini ? Avec le temps que nous avions patienté, on trouve ça un peu limite. Mais c’est le jeu…

Il est déjà 14 heures. Le GPS annonce 2 heures de route mais nous n’avons pas mangé et nous savons qu’avec notre escargot vert pomme nous risquons d’exploser les scores. Nous repartons donc rendre notre vaillant destrier !

Je vous avoue que je l’ai rendu avec un pincement au cœur. L’impression de ne pas en avoir assez profité. Il faut dire qu’en choisissant la Camargue nous savions que nous traverserions des paysages magnifiques mais aussi qu’il était hors de question de pique-niquer dehors en laissant la grande porte ouverte…

Mais je pense que nous le referons ! Peut-être pour plus longtemps. Et en mieux organisé !

PS : Si jamais vous souhaitez vous aussi replonger dans les années 60 à bord d’un Van, n’hésitez pas à me contacter. Je vous donnerais volontiers le contact de la société par laquelle nous sommes passés.

Commenter cet article